Mot-clé - Nuit de la Roquette

Fil des billets

FOTOHAUS PARISBERLIN

Collaboration franco-allemande, présentant 3 expositions. GARTEN, de ParisBerlin>fotogroup, projet s’intégrant dans la programmation « Garten(T)räume - lieux de vie, espaces de rèves » du Goethe-Institut de Paris. Mettant en avant l’importance du jardin dans nos vies de citadins, les travaux des photographes du collectif montrent qu‘un jardin est un lieu d’échange entre l’homme et la nature. POSITIONEN de l’école de photographie Ostkreuz, fondée en 2005 par des photographes professionnels de Berlin, propose une sélection des mémoires de fin d’étude des dernières années : D. Augschoell, T. Geeck, A. Gökten, A. Krack, C. Menin, S. Schulz, K. Sobolewski, S. Walzer, Y. Wernicke. Enfin un SALON PHOTOGRAPHIQUE de la Collection Regard sur le thème de Berlin met en avant trois de ses photographes : H. Gorny, M. Paul et R. Titaud. Des portfolios et publications d´autres photographes sont consultables.

Soirée spéciale Nuit de la Roquette: projections de 20h à 24h : Kaetha, Miraprospect, Ostkreuz, ParisBerlin>fotogroup

7, rue de la Roquette 13100 Arles

Lundi à samedi 11h – 21h et dimanche 11h-16h

QU'EST-CE QUE LA NUIT DE LA ROQUETTE?

NUIT DE LA ROQUETTE 2014

Le 10 juillet prochain aura lieu la 6ème Nuit de la Roquette à Arles. Evénement gratuit se déroulant dans l’ensemble du quartier de la Roquette. A partir de 19h, arts plastiques, installations, accrochages d’images et à la tombée de la nuit projections photo et vidéo, images en musique.

Comment est née la Nuit de la Roquette ?

Les Rencontres Internationales de la Photographie avaient pour habitude d’organiser leur Nuit de l’Année dans le quartier de la Roquette. En 2009 ils prennent la décision de la « délocaliser », la Nuit ! A cette annonce, un noyau d’habitants du quartier a lancé l’idée de la continuer, la Nuit, ici à la Roquette ! C’est ainsi qu’est née cette nuit de l’image, autour d’un café, dans une volonté qu’une nuit festive liée à l’image perdure. Qui la coordonne la Nuit ? Un collectif organisateur qui s’est constitué de manière informelle, au fil des ans, se réunit chaque année dès le mois de février dans le but de lancer la coordination de la Nuit. Le Comité d’Intérêt de Quartier de la Roquette (CIQ) « chapote » officiellement la coordination de la manifestation. Toute personne souhaitant s’impliquer dans l’organisation de la Nuit peut rejoindre à tout moment le noyau organisateur et ainsi apporter sa pierre à l’édifice ! Un appel à participation est lancé chaque année aux alentours du mois d’avril par affichage afin d’inviter les habitants, les passants à participer. Deux réunions sont organisées afin d’informer et de permettre aux futurs participants de se rencontrer.

Qu’est-ce que c’est la Nuit de la Roquette ?

La Nuit de la Roquette est une nuit de l’image, une nuit durant laquelle chacun peut montrer ses images, dessins, vidéos, tableaux, installations plastiques…

Le CIQ de la Roquette intervient pour la coordination générale et la communication. Il n’effectue aucune sélection d’images, n’impose aucun thème et laisse chaque participant libre de projeter où il le souhaite dans le quartier. Les participants sont autonomes dans la gestion de leur lieu et de leur matériel. L’ensemble de l’équipe est bénévole, coordinateurs, participants, amoureux du quartier œuvrent ensemble pour que l’évènement existe !

Façades des maisons, vitrines des commerçants, cours des écoles du quartier se couvrent d’images le temps d’une nuit. La Nuit de la Roquette c’est aussi la rencontre de ceux qui projettent avec ceux qui offrent leurs fenêtres, façades ou vitrines pour rendre ces images visibles. Le maître mot est la convivialité et l’envie d’illuminer avec les images de chacun, amateur ou professionnel, les rues du quartier. Chaque année la Nuit se teinte d’une couleur, sorte de fil joueur, pour donner une tonalité particulière à la Nuit. En 2012, la couleur était familiale, jouant le jeu des familles de la Roquette. En 2013, c’était un grand Roquettoly qui était proposé, les rues du quartier devenant le terrain d’un plateau de jeu. En 2014, ce sera sans frontière, cherchant à repousser les limites par le biais des images…

La Nuit de la Roquette attire chaque année de plus en plus de monde. Cet événement est un moment convivial, joyeux, durant lequel des milliers de personnes déambulent dans les rues, en famille ou entre amis se laissant surprendre et happer par des images aux coins des rues. Pourquoi continue-t-on à créer cette Nuit ?

« Ce qui nous semble important dans l’organisation de cette nuit et les raisons qui nous poussent à continuer à nous impliquer pour cet évènement sont que cette soirée est un vrai espace d’expression libre, non élitiste. La Nuit dans le quartier de la Roquette est un espace ouvert, c’est un moment durant lequel chacun peut s’il le souhaite dire, transmettre, partager sa culture, la poésie dure ou tendre de son regard. C’est aussi une manière, durant la semaine internationale de la photographie, d’être présent sur notre territoire. Notre vrai défi est que les habitants se sentent concernés, osent, ai envie de partager leurs images avec les nombreux visiteurs voisins ou voyageurs, d’ici ou d’ailleurs qui déambulent dans les rues ce soir là… Et nous assumons pleinement le coté parfois un peu « bancale » de la Nuit de la Roquette qui doit-on le répéter n’existe que grâce à la volonté et à la spontanéité des gens, ceux du quartier et ceux qui viennent à leur rencontre… »

L’équipe coordinatrice

CONTACTS et CONDITIONS DE PARTICIPATION Appel à participation : envoyer avant le 30 mai 2014 vos projets (lieu, titre, contacts). Une participation de 5 euros (adhésion au CIQ de la Roquette) est demandée aux participants qui figureront sur le programme crée et diffusé par l’équipe coordinatrice et le CIQ de la Roquette Pour toute demande d’informations : adresse e-mail : nuit-roquette@tntb.net Site internet : www.nuitdelaroquette.tntb.net

PARTENAIRES Mairie d’Arles / Association TNTB

Premier Regard présente le Gang des Tobo-nonnes

Visuel Tobo Le gang va investir l'école maternelle Jean Buon (case n°6 du Roquettoly), place Saint Césaire à partir de 22H. Des projections d'artistes photographes, Hélène Canaud, Virginie Blanchard, Romain Boutillier, Laurent Moulin, Serge Benkemoun, du son avec Delta Sonic, une sélection Tomatrope, la Demoiselle de la Couverture Verte, dans une ambiance cartonnée d'En Goguette et d'autres surprises ...

Premier Regard

Marseille insight...out

Elodie Cnockaert. Photographe, marcheur, belge. Des paysages contemplatifs, comme des temps d'arrêts sur des scènes de films, où l'on se laisse le temps d'entrer dans un univers entre nature et quelques traces de vie humaine. Les éléments pourraient-ils doucement reprendre le dessus?

Marseille insight...out_EC02

Marseille insight...out_EC01

Véronique Errera. Rapporteuse d'émotion photographique. Marseille 5 à 7 est une errance dans la ville à la tombée de la nuit. Des poses longues révèlent des instants tannés de vie, des écritures lumineuses, des grouillements de silhouettes frénétiques. Mouvements...éloge de fuite...des âmes.

Marseille insight...out_VE02

Marseille insight...out_VE01

Elisabeth Lebailly. Vit entre Bruxelles et Marseille depuis 3 ans. « Comme le soleil, comme la lune, comme l’eau, comme l’or, soit clair et brillant et reflète ce qu’il y a dans ton cœur » (inscription sur un miroir conservé au musée d’Hanoi, "La photographie et la verité" de Joan Fontcuberta).

Marseille insight...out_EL01

Marseille insight...out_EL02

Marseille insight...out_EL03

Kebab Revelation

kebabKebab Revelation 40, Impasse Théophile Rives L'Impasse Théophile Rives se transforme en lieu de culte dédié au fast-food. Un voyage gustatif dans un méli-mélo d'images et de sons plus ou moins digestes... Service de 20h à 2h du matin.

Les romans-photos de nos vieux jours: les histoires de la maison au bord du lac

les Romans-photos et Les histoires de la maison au bord du lac mettent en scène différents scénarios inventés avec des personnes âgées lors d’ateliers d’écriture. A partir de ces entretiens et au plus près des scènes écrites ou ébauchées, les réalisatrices ont fait soit la mise en scène photographique, soit la mise en onde. Pour la radio, elles ont regroupé des histoires parfois sans lien les unes avec les autres et écrit une saga villageoise. Celle-ci se décline en 5 épisodes de 11 mn chacun environ. Toutes ces fictions sont interprétées par des acteurs professionnels ou amateurs ainsi que par des personnes âgées impliquées dans le projet.

Ces histoires décalées sont des moments de vie, des "bulles", des atmosphères, des fictions parfois nourries de souvenirs personnels ; elles font vivre des personnages de tous âges dans des situations quotidiennes ou surprenantes, heureuses ou douloureuses, avec tendresse et simplicité.

Ce sont des projets Culture à l’hôpital de la Compagnie Hiélos, en collaboration avec les maisons de retraite du Centre hospitalier Joseph Imbert d’Arles et leurs équipes. "Les histoires de la maison au bord du lac" ont été diffusées par Radio3D et SoleilFm. Réalisation: Claude Lecat et Corinne Sérapion.

Pour la Nuit de la Roquette 2012, les deux romans-photos seront projetés sous forme vidéo, les chroniques radio seront diffusées. Le Roman-Photo n°1 est épuisé mais le roman-Photo N°2 sera à la vente. Il est également disponible chez Actes Sud, à la Librairie du Palais et à la galerie Joué Club à Arles.

Paroles inaudibles v.01 - performance d'Elizabeth Guyon

CMJN de base

Elizabeth Guyon (1er Siècle et Digital Deluxe) présente la performance "Paroles inaudibles v.01" 8 rue Théophile Rives à partir de 19:00.

Lire la suite...

"Ceux d"avant, César et la suite" Projection de Manon Recordon - Ecole Marie Curie

ceux d'avant césar et les autres Manon Recordon

"Civilités aquatiques" et "Atra bilis" [projection vidéos à l'école Jean Buon]

Civilités aquatiques et Atra bilis : deux vidéos sur le thème de l'enfance réalisées par l'artiste vidéaste plasticienne Florence Babin, seront projetées en boucle, à l'école maternelle Jean Buon. (à côté de l'Eglise Saint-Césaire).

Civilités aquatiques ou la danse pour Tlaloc

Civilités aquatiques

(photogramme extrait de la vidéo/auteur: Florence Babin)

Atra bilis

atra_bilis_72_10.jpg (photogramme extrait de la vidéo / auteur : Florence Babin)

lien vers le blog de Florence Babin (vidéographie et actualité) : http://www.florencebabinvideos.blogspot.com .............................................................................................................

7 X 2 = 14

Complicité et clin d'oeil entre les images en sept dialogues.

1.jpg

Dialogue 6

Brigitte Brunel

Au 14 rue des Porcelets

NUIT DE LA ROQUETTE 2010 - PLACE GENIVE - JEUDI 8 JUILLET à partir de 21H - WE WEREWOLVES / L'IMPOSSIBLE - LAURENT KRIEF / SYLVAIN GEORGE

Sur une invitation de Virginie Anton, projection de WE WEREWOLVES de Laurent Krief suivi des films L'IMPOSSIBLE I, L'IMPOSSIBLE IV et L'IMPOSSIBLE V de Sylvain George.

  • WE WEREWOLVES

we werewolves.jpg
Ce travail traite du corps en résistance face à l'impuissance, du courage, ou autrement dit du corps courageux. Avec pour définition du courage celle qu'en fait Alain Badiou: "le courage est la vertu qui se manifeste par l'endurance dans l'impossible".

  • L'IMPOSSIBLE - Pages Arrachées -

Placé sous les auspices de Rimbaud, Lautréamont, Dostoievski et Benjamin, ce film s'attache à témoigner des politiques iniques qui façonnent notre temps, du caractère "infernal" de certaines vies politiques (celles des migrants/des immigrés, des travailleurs, des chômeurs, des étudiants...). Il opère, minoritaire, une stase critique des réalités mythiques et majoritaires : vie nue, état d’exception…; et travaille au corps la question de la révolte et de l'insurrection: débordement, désidentification, reconfiguration indécidable... Se donnent ainsi à voir, par renversement dialectique, des "hors-lieux" inassimilables: des corps-impossible.
« Un travail indispensable, qui porte très haut une certaine idée des droits et des devoirs du cinéma. » Nicole Brenez pour la Cinémathèque Française, 29 février 2008.
Ce film comporte 5 parties. Seront projettées ici:

  • __I. NIGGERS WOOD (Je brûle comme il faut !)

2009, Super 8, Noir et Blanc et Couleur, 15 mn, prod : Noir Production. __
Niggers Wood.jpg

  • __IV LE TEMPS DES ASSASSINS (Fire Music)

2009, vidéo, Noir et blanc et Couleur, 23 mn, prod : Noir Production __
LE TEMPS DES ASSASSINS.jpg

  • __V. TU RESTERAS HYENE ETC. (The book of the damned)

2009, 17mm, Noir et Blanc et Couleur, 17 mn, prod : Noir Production. __
Tu resteras hyene.jpg

Identity Lab :: une exposition du Festival Voies Off 2010

Vernissage de l'exposition et projection en plein air. divers lieux de la rue Jouvène

Festival Voies Off 2010

Du 3 au 10 juillet, le Festival Voies Off fête son 15ème anniversaire.

Dans une ambiance conviviale et festive, soirées de projections, lectures de portfolios, matinées professionnelles et expositions composent un programme mêlant découvertes photographiques et rencontres conviviales. La Cour de l’Archevêché devient alors un espace d’échanges, de découvertes et de rencontres autour de la photographie d’auteur, un véritable écrin pour la jeune création.

Dans un souci constant d’accompagnement de la jeune création photographique, Voies Off accueille « Identity Lab », 1ère exposition de L’évadée, collectif international de jeunes artistes, en partenariat avec lacritique.org. Sélectionnés par Christian Gattinoni, rédacteur en chef de lacritique.org, les travaux présentés, abordent la thématique de la dé/construction de la notion d’identité.

Identity Lab, première exposition de L’évadée

L’exposition se développe dans divers lieux de la Ville et présente des oeuvres photographiques et vidéos, des installations, des pièces sonores et des performances issus des travaux des membres de L’évadée, et d’artistes confirmés, de la génération de créateurs des années 80 et 90, avec lesquels s’est créé un réseau de correspondances et de fécondes influences. Les recherches artistiques de L’évadée portent sur la notion d’identité, en particulier de l’identité de genre, dans la lignée d’un domaine d’études lié à la philosophie contemporaine : les gender studies. A la manière des philosophes issus de la French Theory (Foucault, Derrida, Deleuze...) ses membres interrogent le bien-fondé du système d’identification sexuelle et de construction personnelle des individus.

Christian Gattinoni, commissaire invité

C’est tout naturellement que Christian Gattinoni, rédacteur en chef de la revue d’art contemporain lacritique.org et membre de l’Association Internationale des Critiques d’Art, s’est imposé comme commissaire invité idéal, qui sélectionnera, parmi les artistes de L’évadée, ceux qui participeront à la première exposition de ce jeune collectif international. Au fil de ses cours, articles, commissariats et ouvrages, Christian Gattinoni a développé une recherche et un intérêt particuliers autour de la place du corps et de l’exploration des identités au sein de l’art contemporain, et dans leurs liens avec la danse.

lacritique.org, partenaire de l’exposition

Les oeuvres présentées dans l’exposition seront accompagnées de textes critiques publiés sur lacritique.org. Cette revue d’art contemporain en ligne, trouve sa spécificité dans la qualité et l’exigence d’une approche critique « in process », au plus près des oeuvres mais aussi des artistes et des intermédiaires de la création, galeries, centres d’art, musées, collectionneurs… C’est une revue partisane qui souhaite remettre à sa juste place le rôle de la critique d’art. Elle mène des partenariats avec des revues papier et des manifestations innovantes. Elle affirme une position, attentive, engagée et active, très vigilante quant aux conditions de production des oeuvres et aux situations sociales, économiques et politiques de l’art.